Section PS de Marckolsheim-Ried
Section PS de Marckolsheim-Ried

l’éducation en priorité.

Le par

cahier

 

DES MOYENS POUR LA RÉUSSITE DE TOUS LES ÉLÈVES

La droite affirme que nous ne tiendrons pas nos promesses de création de postes dans l’éducation nationale…

Les 60 000 postes promis seront bien crées dans le quinquennat. À ce jour, 32 500 postes ont d’ores et déjà été créés, 3 000 pour l’enseignement supérieur et 600 pour l’enseignement agricole.

 

La droite affirme que les postes déjà créés sont inutiles et promet de les supprimer…

Ces postes ont permis de redonner des moyens à l’école après la casse scolaire des années Sarkozy (80 000 postes supprimés) et de faire vivre des mesures importantes : dispositif « plus de maitres que de classes », la création de 25 000 places pour accueillir des enfants de moins de 3 ans, l’accompagnement des élèves en situation de handicap,…

 

La droite reproche à l’État de faire supporter aux communes la mise en œuvre des activités périscolaires…

Le développement des activités périscolaires est activement soutenu par les aides financières apportées par l’État – 463 millions d’euros versés depuis 2013 – et de la branche famille – 430 millions d’euros versés en 2014. Comme le PS l’avait demandé, ces aides sont pérennisées à partir de l’année scolaire 2015-2016. Pour 2015, le budget consacré par la branche Famille à l’accueil périscolaire s’élève à 574 millions d’euros.

 

 

UNE ÉCOLE PLUS JUSTE ET PLUS EFFICACE

La droite minore la réforme de l’éducation prioritaire…

Établie sur la base d’indicateurs objectifs, la nouvelle carte de l’éducation prioritaire est désormais plus juste car mieux adaptée à la réalité sociale de l’ensemble du territoire. Elle entre en vigueur à la rentrée 2015. Elle concerne 1089 collèges et plus de 6 500 écoles. Elle est accompagnée d’une revalorisation du régime indemnitaire des 110 000 enseignants de ces réseaux : +50% en REP, +100% en REP+. Les enseignants vont en outre bénéficier de temps pour pouvoir travailler et se former ensemble : 1 heure et demie par semaine dans les collèges, 18 demi-journées par an dans les écoles des réseaux REP+. Trois jours de formation supplémentaires par an seront mis en place pour les personnels des REP+

Cette mobilisation doit permettre de réduire les écarts de résultats scolaires entre les élèves scolarisés en éducation prioritaire et ceux qui ne le sont pas.

 

La droite ne tient pas compte de la réalité sociale des territoires

À compter de la rentrée 2015, les créations d’emplois dans le 1er degré public sont réparties de manière plus juste et plus fine entre les académies, en tenant mieux compte de l’hétérogénéité sociale des territoires. Cet outil de correction des inégalités sociales et géographiques a permis de ventiler plus de 1.400 postes dans les académies au regard de critères sociaux (revenu fiscal des ménages, classification des zones urbaines, augmentation du nombre d’élèves,…)

 

La droite veut le statu quo au collège…

Nous voulons mettre fin au collège à deux vitesses, nous refusons de déterminer l’avenir des enfants à 11 ans, nous voulons faire réussir tous les élèves en développant l’apprentissage des langues vivantes, le travail en petit groupe, les initiatives des enseignants et l’interdisciplinarité,… (cf tract sur la réforme du collège).

Pour l’année scolaire 2015-2016, et comme le PS l’avait demandé, un vaste plan de formation sera mise en œuvre pour les personnels d’encadrement, les formateurs et les enseignants et CPE.

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias